Une invitation à reconsidérer l'idée de nature

Mis à jour : mars 26


Pour l'anthropologue Philippe Descola, dont la pensée a profondément influencé l'écologie, "La nature, je n'ai cessé de le montrer au fil des trente dernières années, cela n'existe pas". Qu'est-ce à dire ? Dans un entretien passionnant, il nous livre en quoi c'est "un concept, une abstraction, une façon d'établir une distance entre les humains et les non-humains qui est née par une série de processus, de décantations successives de la rencontre de la philosophie grecque et de la transcendance des monothéismes et qui a pris sa forme définitive avec la révolution scientifique". La nature, continue-t-il, "est un dispositif métaphysique, que l'Occident et les Européens ont inventé pour mettre en avant la distanciation des humains vis-à-vis du monde, un monde qui devenait alors un système de ressources, un domaine à explorer dont on essaye de comprendre les lois"... Et exploitable à outrance jusqu'à épuisement.

De sa rencontre des Achuars en Amazonie, avec lesquels il a vécu plusieurs années, alors jeune étudiant dans les années 1970, qui traitent les plantes et les animaux comme des personnes, à la recherche de solutions contre la crise écologique en passant par le capitalisme destructeur et l'expérience de la Zad de Notre-Dame-des Landes, voyage en nature...


LIRE L'ARTICLE

39 vues

@2019 acmé éditions | contact@acmeditions.com I +33 2 23 45 32 43 I conception & réalisation catherine mantelet

  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube