Nous ne dormons pas assez

Mis à jour : mars 26


La dernière étude de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV) parue il y a quelques mois et intitulée Le temps de sommeil en France (plus précisément chez les 18-75 ans) est venue pointer ce que beaucoup d'entre nous ne savent que trop : nous manquons de sommeil. Pour la première fois, le temps de sommeil est passé en dessous de la barre des 7 heures de temps de sommeil nocturne (6h45) et de temps de sommeil par 24 heures (6h55). Le pourcentage de courts dormeurs (6h et moins) atteint 35,9% en semaine, soit un tiers des Français "exposés aux risques de maladies favorisées par le manque de sommeil". Quant aux dormeurs en dette de sommeil sévère (plus de 90 minutes de différence entre le temps de sommeil effectif et le temps de sommeil idéal), ils concernent 24,2% des Français. "Un constat préoccupant qui touche les hommes comme les femmes à tout âge", conclut pertinemment l'INSV, car le sommeil, phénomène complexe, est une fonction biologique essentielle : il régule le fonctionnement immunitaire, est impliqué dans la sécrétion de certaines hormones (par exemple, le cortisol...) et il joue un rôle important dans le métabolisme. Mais surtout, ainsi que la plupart de la communauté scientifique le pense selon les connaissances actuelles, il a deux fonctions essentielles : la fonction restauratrice et la consolidation de la mémoire.

Bien dormir est donc vital. Vous rêvez de dormir ? Les Drs José Haba-Rubio et Raphaël Heinzer vous y aideront certainement en vous guidant dans l'univers du sommeil...


LIRE L'ARTICLE

0 vue

@2019 acmé éditions | contact@acmeditions.com I +33 2 23 45 32 43 I conception & réalisation catherine mantelet

  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube