Animaux chimères et organes humains

Mis à jour : mars 26


Depuis septembre 2019, les animaux chimères seraient autorisés d'après la loi de bioéthique telle qu'elle a été adoptée en première lecture par l'Assemblée nationale. Elle est maintenant en discussion au Sénat, tout d'abord dans une commission spéciale, puis en première lecture du 21 janvier au 4 février 2020.

Comme le souligne l'Étude d'impact du projet de loi relatif à la bioéthique produite par l'Assemblée nationale, des chimères sont "des organismes contenant des cellules d'origine différente, mais sans mélange des matériels génétiques", contrairement aux hybrides. Concrètement, les expériences sur des embryons d'animaux avec des cellules issues d'autres espèces (animales ou humaines donc) seront autorisées et ces embryons pourront même être implantés chez une femelle animale pour donner naissance à des animaux chimères. Par le biais de l'adoption de cette loi, il s'agit de "faire avancer la connaissance pure sur les migrations de cellules humaines dans un embryon animal", et d'autre part "de préparer la production d'organes humains sur des animaux"...

Pourquoi faire des animaux chimères ? De quoi s'agit-il précisément ? Quelles sont les conséquences à tout cela ?


LIRE L'ARTICLE

0 vue

@2019 acmé éditions | contact@acmeditions.com I +33 2 23 45 32 43 I conception & réalisation catherine mantelet

  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube